TOP 10 des questions interdites en entretien

Par , le 15/07/2015

discrimination-uneAu cours d’un entretien, le recruteur demande au candidat d’exposer son parcours professionnel, mais également de dévoiler certains aspects de sa personnalité, l’objectif étant de déterminer si le profil correspond au poste proposé et à la culture de l’entreprise qui recrute. Cependant, certaines questions mal inspirées relèvent de la discrimination à l’embauche. Voici le Top 10 des questions interdites en entretien de recrutement.

1. Quel âge avez-vous ?

Comme défini dans le Code du travail, aucune personne ne peut être écartée d’un processus de recrutement en raison de son âge. Il est donc inutile pour le recruteur de poser la question ; seules les compétences et les questions relatives au poste doivent être abordées.

2. De quelle origine est votre nom ?

Toute question visant à connaître la nationalité du candidat (ou les modalités d’acquisition de celle-ci) constitue une discrimination. De même, les questions sur le patronyme, bien qu’elles soient le plus souvent anodines, font partie des 20 critères de discrimination relevés par le Défenseur des Droits.

3. Pensez-vous vous affirmer face à une équipe masculine ?

La question laisse présumer une discrimination à l’égard des femmes, il convient donc de ne pas répondre à cette question. Le recruteur peut en revanche demander à sa candidate si elle possède une expérience solide en management ; auquel cas, elle saura s’affirmer face à sa future équipe, quelle qu’elle soit.

4. Quels journaux lisez-vous ?

Eh oui… ! Pas toujours chose aisée de refuser de répondre à cette question, mais elle figure bien parmi les questions interdites en entretien de recrutement, car elle peut viser à découvrir vos opinions politiques par exemple. De la même façon, vous interroger sur le candidat que vous soutenez aux prochaines élections ou sur le syndicat auquel vous adhérez est de nature discriminatoire.

5. Quelle est votre religion ?

Inutile pour un recruteur de connaître vos convictions religieuses, la question n’entre pas dans le cadre de la recherche d’emploi.

6. Êtes-vous marié(e) ? Avez-vous des enfants ?

Votre situation familiale ne regarde personne d’autre que vous et en connaître les détails n’aide en rien la recherche d’un candidat.

7. Votre conjoint(e) travaille-t-il à la concurrence ?

Il s’agit ici d’une autre forme d’intrusion dans la vie privée. En répondant « oui », vous vous exposez potentiellement à être écarté(e) du processus de recrutement pour une mauvaise raison ou à devoir communiquer des détails que vous ne souhaitez pas partager. Il convient donc de ne pas répondre.

8. Êtes-vous enceinte ou souhaitez-vous avoir des enfants prochainement ?

C’est une discrimination à l’égard des femmes. Il convient donc de répondre que la question est déplacée et illégale.

9. Avez-vous des soucis de santé à déclarer ?

Il s’agit ici aussi d’une violation de la vie privée. Un recruteur ne peut en aucun cas collecter des informations sur votre état de santé.

10. Êtes-vous gay ?

L’orientation sexuelle, au même titre que la religion ou l’origine, ne doit pas entrer en jeu dans un processus de recrutement.

Pour plus d’informations, consulter le site de l’association A COMPÉTENCE ÉGALE, dont le cabinet Michael Page est membre. 

Par , le 15/07/2015



Retrouvez-nous sur

Facebook Twitter RSS Mail Linkedin Viadeo

Articles les plus lus

Entretien : les 10 questions les plus posées

Certaines questions reviennent régulièrement en entretien. Si elles peuvent paraître classiques, il reste essentiel d ...

Comment dynamiser son CV

Le CV est la première étape du processus de recrutement, mais également le premier contact avec le recruteur. Sa réd ...

CV : ce que veulent lire les recruteurs

Compte-tenu du volume important de candidatures reçu chaque jour, les recruteurs ou responsables des Ressources Humaine ...