Souffrez-vous du syndrome de l’imposteur ?

Par , le 11/02/2016

syndromeVous êtes stressé en vous rendant au travail ? Vous êtes convaincu que votre hiérarchie pense que vous n’êtes pas à la hauteur de vos responsabilités ? L’échec vous fait peur ? Pas d’inquiétude, vous n’êtes pas seul, et bien souvent, les salariés souffrant du syndrome de l’imposteur sont ceux qui réussissent le mieux.

Le syndrome de l’imposteur : qu’est-ce que c’est ?

Le syndrome de l’imposteur touche des personnes brillantes n’arrivant pas à accepter leurs réussites. Ces personnes ont tendance à minimiser et discréditer leurs propres succès. Pourtant, elles atteignent souvent un niveau de réussite remarquable, en totale contradiction avec leur basse estime d’elles-mêmes et leur manque de confiance en elles. Certains chercheurs affirment que les victimes du syndrome sont des personnes perfectionnistes et majoritairement de sexe féminin.

Malgré les preuves tangibles de leurs compétences et de leur professionnalisme, les personnes victimes du syndrome de l’imposteur sont convaincues de ne pas mériter leur succès et doutent en permanence. Si elles obtiennent de bons résultats ou des récompenses, elles remettent cela à la chance, au fait d’avoir été là au bon moment. Elles en oublient les efforts mis en œuvre et les moyens déployés pour y parvenir.

Malheureusement, si le syndrome de l’imposteur peut pousser un salarié à se remettre régulièrement en question et à ne pas se reposer sur ses acquis, il peut avoir un effet dévastateur pour sa carrière : le salarié prend moins de risques et cesse de se mettre en valeur ; la peur de commettre une erreur pouvant prendre le pas sur sa productivité. Des opportunités d’évolution peuvent lui échapper, à tort.

Comment vaincre ce syndrome de l’imposteur ?

Si vous vous êtes reconnu dans ces quelques lignes, il est vivement conseillé d’essayer d’identifier et de retranscrire par écrit les sentiments d’imposture lorsqu’ils émergent. Cette technique aide à stopper l’afflux de pensées négatives et à prendre de la hauteur face à la situation. Les pensées sont difficiles à isoler : sur papier, elles sont extérieures à vous, vous pouvez ainsi prendre davantage de recul et les analyser.

Ensuite, dressez la liste de vos forces : listez vos réussites et les choses positives accomplies chaque jour dans le cadre de votre travail. C’est une excellente méthode pour vous rappeler que vous n’êtes pas un imposteur, que vous méritez ces réussites lorsque vos doutes ressurgissent. Certains accomplissements, qui n’avaient peut-être pas de valeur à vos yeux sur l’instant, peuvent prendre une dimension toute différente avec le recul nécessaire.

Enfin, ne repoussez pas les projets. Remettre au lendemain ne fait qu’aggraver votre sentiment d’incompétence. Confrontez-vous aux dossiers les plus problématiques lorsqu’ils se présentent et allégez votre to-do liste. Attaquez-vous aux tâches les plus compliquées en premier pour vous sentir plus léger et plus efficace ensuite.




Retrouvez-nous sur

Facebook Twitter RSS Mail Linkedin Viadeo

Articles les plus lus

Entretien : les 10 questions les plus posées

Certaines questions reviennent régulièrement en entretien. Si elles peuvent paraître classiques, il reste essentiel d ...

Le bien-être au travail : au carrefour des politiques RH et RSE

Née des attentes sociétales et de la législation, la RSE (responsabilité sociale ou sociétale de l’entreprise) en ...

Comment aborder la question du salaire en entretien ?

Aborder la question de la rémunération en entretien n’est pas toujours chose aisée. A quel moment amener le sujet  ...