Assurance : une image positive auprès des cadres

Par , le 04/04/2014

Baromère assurance Michael PageLa deuxième vague du baromètre Assurance de Michael Page [1] confirme l’optimisme des cadres du secteur observé lors de la précédente édition [2]. Les cadres interrogés ont globalement une excellente image de leur secteur. Ils se déclarent très majoritairement motivés par le poste qu’ils occupent et 70% sont confiants ou très confiants quant à l’évolution du marché de l’emploi dans leur domaine. De plus, 30% des cadres du secteur, toutes branches confondues, ont confiance en l’avenir de la structure qui les emploie, soit une augmentation de 36% par rapport à 2013, les 20-30 ans se montrant les plus optimistes (52%).

« Ces résultats s’expliquent largement par le fait que le monde de l’assurance a été beaucoup moins fragilisé par la crise que d’autres secteurs, en particulier le secteur bancaire », commente Anne-Sophie Luçon, Manager Exécutif Senior de Michael Page Banque & Assurance. « De fait, le secteur de l’assurance a recruté régulièrement ces dernières années, tant pour rééquilibrer sa pyramide des âges que pour s’adapter à de nouveaux contextes réglementaires et à une concurrence toujours accrue. Le marché bien-sûr n’a rien d’euphorique mais il reste actif et encourageant pour ceux qui souhaitent bouger. »

Des cadres globalement positifs sur leurs conditions de travail…

Déclarant majoritairement travailler dans de bonnes conditions (70%), dans une bonne ambiance (66%) et estimant que la qualité de leur travail est reconnue (66%), 78% des cadres interrogés début 2014 se disent motivés, soit une tendance en hausse de 7 points par rapport à l’année dernière. Bien que globalement satisfaits, les cadres de l’assurance n’échappent néanmoins pas plus au stress que les cadres des autres secteurs : 80% disent devoir souvent faire face à des situations stressantes.

… mais plus mitigés sur les perspectives d’évolutions de leur poste actuel

Leurs sentiments sont plus mitigés concernant la rémunération et les possibilités d’évolution de leur emploi actuel : seuls 46% des cadres estiment que leur employeur actuel contribue réellement à leur développement professionnel et que leur rémunération est à la hauteur de leurs compétences. La conjonction de ces deux facteurs peut expliquer qu’ils ne soient que 38% à penser avoir des perspectives d’évolution dans leur poste actuel, contre 54% en 2013. Notons que les plus de 50 ans se montrent encore plus pessimistes, 22% seulement partageant l’idée qu’ils ont des perspectives d’évolution intéressantes dans leur emploi actuel.

Prêts à changer pour un poste plus intéressant 

Cette perception se retrouve logiquement dans les critères que les cadres privilégieraient s’ils devaient changer de poste. « Je note avec intérêt que, par rapport à l’an dernier, le premier critère de choix d’un nouveau poste n’est plus la rémunération mais nettement l’intérêt intrinsèque du poste. L’assurance est le seul secteur où nous observons ce changement de priorité », observe Anne-Sophie Luçon.

Alors qu’en 2013 la rémunération arrivait très légèrement en tête des motivations (72%), la mission et les responsabilités liées au poste envisagé arrive en première place en 2014. Avec 75% de réponses positives, ce critère se détache très nettement devant la rémunération, citée par 66%. 92% des cadres interrogés ont cité au moins un de ces deux critères.

Une mobilité géographique à nuancer

Dans le choix d’un nouveau poste, les perspectives d’évolution arrivent en troisième position (41% de citations), tandis que l’importance accordée à la localisation géographique n’est retenue que par 29% des personnes interrogées soit un recul de 4 points. Les hommes sont visiblement moins sensibles à ce critère géographique (22% de citations) que les femmes (39%), à rapprocher du fait que 52% d’entre elles disent ne pas être prêtes à déménager pour saisir une opportunité professionnelle (contre seulement 22% d’hommes).

Globalement, 67% des cadres de l’assurance se déclarent mobiles. Si 10% des personnes interrogées sont disposées à aller n’importe où, 29% restreignent leur mobilité à la région dans laquelle elles résident actuellement, 39% sont prêtes à changer de région et 39% à partir travailler à l’étranger.

Un fort attachement à leur secteur

89% des cadres de l’assurance ont une image positive du secteur, qu’ils jugent à la fois dynamique et responsable. Ce pourcentage n’a pas évolué par rapport à 2013. Pour la minorité ne partageant pas ce constat (11%), les arguments avancés concernent principalement le manque d’innovation et de dynamisme, le caractère de plus en plus concurrentiel du secteur et sa mauvaise réputation dans l’opinion publique.

La bonne image qu’ils ont de leur secteur fait que seuls 7% des cadres envisagent de le quitter. C’est généralement dans la branche où ils travaillent aujourd’hui qu’ils souhaitent poursuivre leur carrière même si les grandes compagnies ainsi que les institutions de prévoyance/mutuelles/caisses de retraite perdent légèrement en attractivité. Malgré la proximité des secteurs et les passerelles qui existent entre eux, seuls 4% des cadres de l’assurance interrogés envisagent de poursuivre leur carrière dans la banque (contre 8% en 2013).

 

[1] Enquête menée en ligne du 21 janvier au 4 février 2014 auprès des cadres confirmés du secteur de l’assurance. 306 réponses. 44% des répondants occupaient des fonctions techniques, 29% des fonctions commerciales et 22% des fonctions support. L’échantillon couvre les principaux types d’établissements et branches du secteur : compagnies d’assurances, cabinets de courtage, institutions de prévoyance/mutuelle/caisses de retraite, compagnies de  réassurance, sociétés d’assistance, prestataires de services et sociétés d’expertise

[2] Enquête menée en ligne du 10 au 21 décembre 2012. 251 réponses




Retrouvez-nous sur

Facebook Twitter RSS Mail Linkedin Viadeo

Articles les plus lus

Le sport en entreprise : quels enjeux ?

Réaliser 10 000 pas par jour, pratiquer une activité physique quotidienne pendant au moins 30 minutes, mesurer la dis ...

Le bien-être au travail : au carrefour des politiques RH et RSE

Née des attentes sociétales et de la législation, la RSE (responsabilité sociale ou sociétale de l’entreprise) en ...

Comment choisir entre deux postes ?

Il arrive de chercher un poste pendant de longs mois en vain, jusqu’au jour où il faut choisir… entre deux postes  ...