Manager plus senior que soi

Par , le 08/12/2016

manager-plus-senior-que-soiA l’heure où les entreprises accélèrent leur transformation numérique et où la génération des baby-boomers quitte progressivement le marché de l’emploi, on observe l’arrivée dans les entreprises de managers de plus en plus jeunes. Les jeunes professionnels sont aujourd’hui plus qu’hier amenés à gérer des équipes composées de salariés plus seniors qu’eux, ce qui peut parfois se révéler complexe. Comment manager des collaborateurs plus seniors que soi ? Quelle attitude adopter pour que la différence d’âge ne se transforme pas en handicap (d’un côté ou de l’autre) ? Découvrez quelques conseils pour asseoir votre position de leader.

Faire preuve de transparence

Vous venez d’être parachuté au poste de manager au sein d’une équipe plus senior que vous ? Pas de panique, vous n’êtes pas le seul dans ce cas : aujourd’hui plus de 15% des collaborateurs répondent à un supérieur d’au moins dix ans leur cadet (source : Careerbuilder). Dans certains secteurs comme l’IT, le rajeunissement de la hiérarchie constitue déjà un schéma dominant. Là où l’on accédait auparavant à des fonctions managériales après plusieurs années passées au sein de l’entreprise, on constate aujourd’hui un accès plus précoce aux postes d’encadrement. L’explication est à chercher du côté du niveau d’études et de formation, qui a fortement augmenté depuis les années 80. L’accès à l’enseignement supérieur (écoles de commerce et de management notamment) a entraîné une multiplication de profils hautement qualifiés et spécialisés, formés au management, qui accèdent plus rapidement à des postes de manager que leurs aînés. Mais cela ne plait pas toujours à tout le monde… Entre incompréhension et jalousie, ces évolutions peuvent alimenter une réaction de rejet, nourrie par la peur du changement. C’est pourquoi tact, humilité et transparence sont les meilleurs alliés des jeunes managers pour se faire accepter.

Afin de commencer votre nouvelle mission sur de bonnes bases, veillez dans un premier temps à établir le même type de relation avec vos collaborateurs plus âgés que celle que vous auriez établie avec une équipe plus jeune que vous. Abordez individuellement la question de l’âge avec les collaborateurs les plus récalcitrants afin de les rassurer. Démontrez-leur que la différence d’âge vaut pour eux comme pour vous, et qu’elle ne doit pas être perçue comme une menace mais comme une opportunité. Cette technique vous permettra d’instaurer une relation de confiance au sein de votre équipe et de clôturer un sujet sensible.

Savoir rester humble

Il peut se révéler difficile pour un jeune manager d’être pris au sérieux par des salariés plus âgés quand il s’agit de les encadrer, de leur fixer des objectifs, de faire évoluer leurs méthodes de travail, voire de leur tenir tête. Ce n’est cependant pas impossible.

S’il est important de se montrer humble, il est essentiel de garder confiance en soi. Les membres de votre équipe auront potentiellement plus d’expérience que vous. Ils en connaîtront peut-être davantage aussi sur le secteur ou l’entreprise. Pour autant, la maturité professionnelle n’est pas une question d’âge et vous avez été retenu parce que vous avez les compétences requises pour le poste.

Vous devez pouvoir reconnaître les qualités de vos collaborateurs expérimentés et vous concentrer sur votre rôle de manager. Sans bousculer l’ensemble des méthodes de travail en place, essayez d’instaurer un style de management participatif. Vous pourrez ainsi apprendre du savoir-faire de chacun et montrer à votre équipe comment faire avancer les choses plus rapidement, grâce aux nouvelles technologies par exemple. Avec ce mode de fonctionnement, vous pourrez identifier les forces de chacun et visualiser comment l’effort individuel pourra contribuer à la réussite commune. Le fait d’inclure vos collaborateurs dans les réflexions, de solliciter leur expertise (valorisation, reconnaissance) favorisera leur engagement en participant à libérer la confiance.

Tact et empathie : des maîtres-mots

Vos habitudes de travail différentes et votre management moins directif ne remportent pas un succès unanime ? Il est néanmoins important que vous soyez pris au sérieux ! L’idéal est d’arriver à un juste équilibre entre management participatif et management directif. Il s’agit d’ouvrir la voie à vos collaborateurs et de leur montrer comment atteindre l’objectif fixé tout en n’hésitant pas à imposer une solution ou une idée lorsque cela est nécessaire. Dans tous les cas, montrez-vous disponible et ouvert au dialogue, essayez de comprendre vos collaborateurs pour vous adapter à chaque personnalité et briser avec tact les résistances. Si le respect mutuel, – entre vos collaborateurs et vous mais aussi au sein même de l’équipe -, est assuré, nul doute que vous trouverez rapidement le chemin de la performance !

 




Retrouvez-nous sur

Facebook Twitter RSS Mail Linkedin Viadeo

Articles les plus lus

Le sport en entreprise : quels enjeux ?

Réaliser 10 000 pas par jour, pratiquer une activité physique quotidienne pendant au moins 30 minutes, mesurer la dis ...

Le bien-être au travail : au carrefour des politiques RH et RSE

Née des attentes sociétales et de la législation, la RSE (responsabilité sociale ou sociétale de l’entreprise) en ...

Comment choisir entre deux postes ?

Il arrive de chercher un poste pendant de longs mois en vain, jusqu’au jour où il faut choisir… entre deux postes  ...