Indice de Confiance Emploi : des candidats confiants mais pessimistes quant au marché

Par , le 26/07/2016

Confiance emploiLes candidats français, toutes générations confondues, sont plutôt confiants quant à leur situation professionnelle et leur recherche d’emploi mais se montrent plus mitigés en ce qui concerne le marché de l’emploi en général et l’économie en France.

A travers son baromètre trimestriel « Indice de Confiance Emploi », PageGroup donne tous les trois mois la parole à trois générations de candidats français et européens sur leur situation professionnelle et leur perception du marché de l’emploi.

Si seulement 41% des candidats ont confiance dans l’amélioration du marché de l’emploi, toutes les générations sont relativement optimistes quant à l’évolution de leur situation professionnelle et leur capacité à décrocher une nouvelle opportunité en moins de 3 mois.

Il ressort notamment de ce premier baromètre « Indice de Confiance PageGroup » que plus les personnes interrogées sont jeunes plus elles sont optimistes, à l’inverse des plus séniors, peut-être naturellement plus fatalistes.

Situation professionnelle : un gap générationnel de confiance

Si dans l’ensemble, les candidats sont plutôt positifs sur leur situation professionnelle, on constate quelques différences entre les générations : les plus jeunes étant globalement plus confiants concernant leur avenir professionnel que leurs ainés.

Ainsi si 62% des moins de 30 ans pensent que leur périmètre de responsabilités va prochainement s’élargir, ils ne sont que 45% chez les 30-49 ans et 40% chez les plus de 49 ans à en être convaincus.

Cet écart de perception se retrouve également sur le salaire. Quand 54% des moins de 30 ans espèrent une revalorisation salariale, ils ne sont que 45% à l’espérer au sein de la génération X, et plus que 32% chez les séniors.

Cependant si quelques critères laissent apparaître des perceptions différentes entre les générations, l’ensemble des candidats français semblent s’accorder sur quelques items. Ainsi, toutes les générations restent très pessimistes sur l’équilibre vie privée/vie professionnelle : seul 1 candidat sur 3 pense que leur situation va s’améliorer dans les 12 prochains mois.

On retrouve également deux items positifs, quelle que soit la tranche d’âge : le développement de nouvelles compétences (62%, toutes tranches confondues), et l’obtention d’une nouvelle opportunité professionnelle rapidement (63% en moins de 3 mois –  87% en moins de 6 mois).

Il est intéressant de constater que les jeunes générations sont plus optimistes que leurs homologues séniors, qui pourtant n’ont plus autant à prouver. Le développement des compétences, qui fait l’unanimité est un symbole fort de la mutation que traversent les entreprises actuellement : chacun a conscience que celles-ci ont beaucoup à leur apprendre, notamment avec la digitalisation de notre société », analyse Isabelle Bastide, Présidente PageGroup France.​

 

Marché de l’emploi : une perception négative pour l’ensemble des générations

Dans l’ensemble, la situation économique actuelle est jugée mauvaise par l’ensemble des candidats (76%), qui sont en outre plutôt pessimistes, n’étant qu’un sur trois à envisager une amélioration dans les 6 prochains mois (33%).

Concernant la situation de l’emploi, les chiffres ne sont guère plus optimistes puisque 70% des candidats pensent que la situation actuelle du marché du travail est mauvaise, et 51% pensent qu’elle le restera dans les 6 prochains mois.

Si les jeunes restent les moins négatifs – un candidat de moins de 30 ans sur trois pense que la situation du marché du travail est bonne (31%), et près d’un sur deux pense qu’elle va s’améliorer dans les 6 mois à venir (41%), les plus de 49 ans, sont eux particulièrement sombres quant à la situation (16% actuelle ; 33% à venir).

On note néanmoins une légère amélioration de la confiance dans l’amélioration de la situation du marché du travail (+6 points pour les moins de 30 ans par rapport au trimestre précédent, + 4 points pour les plus de 49 ans).

 

La France face à l’Europe : un pays qui retrouve confiance

Sans surprise, les candidats français ne sont pas les plus optimistes d’Europe.

Contrairement à leurs homologues Suédois (65%) ou Allemands (63%), seuls 41% des candidats français ont confiance dans le marché de l’emploi. Un pourcentage qui classe la France en 10ème position des 13 pays concernés par le baromètre PageGroup devant l’Espagne (40%), le Portugal (39%) et l’Italie (34%).

Néanmoins, on constate que s’ils sont plutôt pessimistes par rapport à la majorité de leurs voisins européens quant à la situation économique actuelle et celle du marché de l’emploi, les Français se démarquent par un regain de confiance en leur capacité à décrocher une nouvelle opportunité professionnelle en moins de 3 mois.

Ils sont 63% à le penser contre 55% en Suède et seulement 44% en Allemagne.

Les Français seraient-ils finalement des optimistes qui s’ignorent ? En tous cas, les candidats français ont davantage confiance en l’avenir que leurs homologues européens. Cela peut être dû au fait que les Français pensent que l’entreprise est à même d’avoir un impact positif sur les conditions économiques et sociales de la société », précise Isabelle Bastide.
Méthodologie
Ce baromètre est mené dans 13 pays européens (15 600 répondants ; en France, 1 160 personnes ont participé à l’enquête sur Q2). Les données sont obtenues sur la base du volontariat auprès des personnes, en poste ou non, ayant postulé à une offre d’emploi ou déposé leur CV sur les sites Michael Page, Michael Page Interim Management et Page Personnel.




Retrouvez-nous sur

Facebook Twitter RSS Mail Linkedin Viadeo

Articles les plus lus

Le sport en entreprise : quels enjeux ?

Réaliser 10 000 pas par jour, pratiquer une activité physique quotidienne pendant au moins 30 minutes, mesurer la dis ...

Le bien-être au travail : au carrefour des politiques RH et RSE

Née des attentes sociétales et de la législation, la RSE (responsabilité sociale ou sociétale de l’entreprise) en ...

Comment choisir entre deux postes ?

Il arrive de chercher un poste pendant de longs mois en vain, jusqu’au jour où il faut choisir… entre deux postes  ...