Finance & Comptabilité : des rémunérations de plus en plus variables

Par , le 17/09/2013

Une paSalaires finance et comptabilitért variable de plus en plus importante dans les rémunérations Dans tous les métiers de la finance, un peu moins dans les métiers de la comptabilité, la variation des rémunérations tend à devenir la norme. C’est une tendance de fond qui s’accentue depuis deux ans, les entreprises y voyant le moyen d’encourager et fidéliser les cadres dans un contexte où les augmentations générales sont faibles ou inexistantes. Dans cette logique, nombre d’entreprises ont déplafonné les bonus des cadres financiers, ce qui permet, à objectifs atteints ou dépassés, d’octroyer des augmentations individuelles substantielles.

>> Pour découvrir en détail les profils recherchés et tendances salariales de 26 fonctions[1] de la Finance et de la Comptabilité, consultez notre étude de fonctions & rémunérations 2013/2014

Direction financière

>> Cette tendance de variation des rémunérations est particulièrement marquée dans les fonctions de direction financière puisque la part variable atteint désormais fréquemment 25% – voire 30% de la rémunération dans certains secteurs – contre 10% à 15% en moyenne il y a quelques années. Le variable est fonction de critères individuels (appréciation qualitative) et d’une indexation sur la performance de l’entreprise (généralement sur la base de l’EBITDA), sans oublier une part discrétionnaire.

Contrôle de gestion

Parmi les fonctions non dirigeantes des métiers financiers, le contrôle de gestion est celle qui a connu les augmentations de salaire les plus importantes, à l’exception du contrôle de gestion central.

>> Les progressions ont été particulièrement fortes dans deux métiers : le contrôle de gestion commercial et, surtout, le contrôle de gestion industriel où la demande augmente parce que l’optimisation industrielle est un des derniers leviers que les entreprises peuvent encore activer pour améliorer leur performance et leur compétitivité. Les profils expérimentés sont rares, peu mobiles et très recherchés. La pénurie contribue à faire monter les enchères.

Comptabilité

Les réalités sont très différentes d’un métier à l’autre. Les comptables ‘standard’ (comptable unique, comptable confirmé, responsable de pôle comptable) n’ont pratiquement pas eu d’augmentation. Dans un contexte où les entreprises poursuivent l’externalisation de leur comptabilité (CSP), ils ne sont pas considérés comme prioritaires. La pression à la baisse sur les salaires est d’autant plus forte que les candidats sont nombreux.

>> Sur ce type de postes, seuls les profils parlant anglais couramment échappent à la stagnation et voient même leur compétence linguistique fortement valorisée. Toutes les entreprises du SBF120 cherchent aujourd’hui des comptables ayant 10 ans d’expérience et parlant couramment l’anglais.

>> Les consolideurs échappent également à la stagnation des rémunérations. Ces profils hautement diplômés et qualifiés de la voie comptable choisissent la voie de l’ultra-spécialisation et de l’ultra-technicité. Le panel d’entreprises où ils peuvent exercer leur technicité est relativement restreint mais, étant peu nombreux, ils sont plutôt choyés par les entreprises.

Trésorerie et financement

Les métiers de la trésorerie et du financement sont ceux qui ont le plus évolué au cours des trois dernières années en termes de contenu de poste. Toutes les sociétés ont restructuré leur dette, il y a eu de nouveaux produits, de nouvelles normes, et une pression forte sur ces services pour obtenir des lignes de crédit pour financer l’activité, optimiser les flux de trésorerie et la fiscalité sur ces flux.

>> Aujourd’hui, un directeur de la trésorerie et du financement participe de manière proactive à la stratégie de l’entreprise et est en première ligne dans les opérations de fusion et d’acquisition. Ce poste devient aussi stratégique que celui de directeur du contrôle de gestion.

>> Pour pourvoir ces postes, les entreprises se tournent de plus en plus vers des professionnels venant d’institutions financières et rompus à la complexité des nouveaux produits. Les diplômés des masters spécialisés, notamment le master de trésorerie d’entreprise de Dauphine, sont aussi très recherchés.

Audit interne

Chez les auditeurs internes, les profils juniors ayant derrière eux 3 à 4 saisons en cabinet d’audit, n’ont pas été les plus courtisés par les entreprises ces deux dernières années. Sur ces postes intermédiaires, les rémunérations ont été stationnaires

>> Sauf pour les profils réellement biculturels, recherchés par tous les groupes du CAC40. Voués à évoluer vers des postes de direction de filiale à l’étranger (pays émergents notamment), ils creusent l’écart vis-à-vis des auditeurs franco-français en termes de salaire.

>> Les cabinets d’audit externes continuent à surpayer les jeunes auditeurs internes par rapport au prix du marché. Après 3 ou 4 ans en cabinet, le passage au corporate leur impose souvent de réviser leur prétention à la baisse.


[1]Les postes présentés sont ceux qui ont été le plus fréquemment traités par les consultants de Michael Page Finance & Comptabilité au cours des années 2011, 2012 et 2013.




Retrouvez-nous sur

Facebook Twitter RSS Mail Linkedin Viadeo

Articles les plus lus

Entretien : les 10 questions les plus posées

Certaines questions reviennent régulièrement en entretien. Si elles peuvent paraître classiques, il reste essentiel d ...

Comment aborder la question du salaire en entretien ?

Aborder la question de la rémunération en entretien n’est pas toujours chose aisée. A quel moment amener le sujet  ...

Le bien-être au travail : au carrefour des politiques RH et RSE

Née des attentes sociétales et de la législation, la RSE (responsabilité sociale ou sociétale de l’entreprise) en ...